Globalité

Penser l'aménagement du territoire dans sa globalité

Développer une approche intégrée de la gestion de l’eau appliquée aux projets ou infrastructures existantes sur le territoire Garon’Amont

Comme demandé par le panel citoyen, le PTGA prévoit d’avoir une approche plus intégrée de la ressource intégrant la question des eaux usées traitées et des eaux pluviales. Les réflexions sur l’aménagement du territoire passent également par une gestion concertée et optimisée du canal de Saint-Martory.

Aménager le territoire

À la une

Saint-Gaudens

Désimperméabilisons les sols urbains ! : la Région Occitanie lance un appel à projet

Dans le cadre des objectifs de l’Entente pour l’Eau en Adour-Garonne, visant à promouvoir des solutions d’aménagement paysager pour faire face aux enjeux et à l’urgence climatique, la Région Occitanie et l’Agence de l’Eau Adour-Garonne ont lancé un appel à projet le 1er janvier 2022 afin de réduire les effets de l’artificialisation des sols sur le cycle de l’eau.

Expérimenter la réutilisation
des eaux usées traitées

Expérimenter la mise en œuvre de solutions de réutilisation des eaux usées traitées afin de réduire les prélèvements en rivière.

Les données clés

L'avancement de l'action

10% terminé

Action engagée, démarrage en cours.

Les enjeux

A.3.1

Cette action à pour objectif d’expérimenter sur des secteurs prédéfinis (espaces verts publics et privés, parcelles agricoles), le stockage et la réutilisation des eaux usées traitées afin de limiter l’utilisation de l’eau potable et/ou les prélèvements en rivière.

Descriptif de l'action

Une étude permettant d’identifier les potentialités de la REUT à l’échelle du périmètre Garon’Amont sera engagé par le Conseil départemental de la Haute-Garonne. Il s’agira d’estimer les gisements potentiels qui pourraient se substituer aux volumes prélevés dans la nappe ou les cours d’eau durant l’étiage. Cette étude sera menée en concertation avec les acteurs concernés. L’objectif est de faire émerger, à la suite de cette étude, des projets de REUT portés par des collectivités compétentes ou des établissement industriels, en assurant un accompagnement technique et financier de ces projets. Ces expérimentations permettront de tester concrètement les possibilités de REUT et de caractériser les différentes contraintes sur le territoire Garon’Amont.

Une étude permettant d’identifier les potentialités de la REUT à l’échelle du périmètre Garon’Amont sera engagé par le Conseil départemental de la Haute-Garonne. Il s’agira d’estimer les gisements potentiels qui pourraient se substituer aux volumes prélevés dans la nappe ou les cours d’eau durant l’étiage. Cette étude sera menée en concertation avec les acteurs concernés. L’objectif est de faire émerger, à la suite de cette étude, des projets de REUT portés par des collectivités compétentes ou des établissement industriels, en assurant un accompagnement technique et financier de ces projets. Ces expérimentations permettront de tester concrètement les possibilités de REUT et de caractériser les différentes contraintes sur le territoire Garon’Amont.

Le contexte

La REUT est un processus largement développé dans les pays contraints par un déficit hydrique important. A l’échelle nationale, ce type de solution est encore très peu mis en œuvre, du fait notamment de son cadre réglementaire contraignant, mais tend à se développer notamment sur l’arc méditerranéen. Sur le territoire Garon’Amont, 125 stations d’épuration ont été recensées, gérant un volume journalier de 23 736 m³ d’eau. Le gisement potentiel pourrait être stocké durant la période hivernale et restitué pour irriguer des espaces verts et/ou des cultures. Cela revient donc à substituer, en période d’étiage, les prélèvements dans les cours d’eau ou dans les nappes, par de l’eau stockée issue des eaux usées traitées sur la période hivernale.

Les objectifs de l'action
  • Réaliser des expérimentations sur des secteurs pré-identifiés

Pour en savoir plus, consultez la fiche action

Crédits : image libre de droits
Où en est l'action ?

Une étude d’opportunité à l’échelle du périmètre Garon’Amont vient d’être engagée par le Conseil départemental de la Haute-Garonne. Cette étude a été précédée d’une étude plus globale menée à l’échelle de l’Occitanie par la Région. Un groupe de travail dédié sera prochainement constitué.
En parrallèle, le projet de territoire suit et accompagne les projets locaux qui s’engagent : la commune de Carbonne a engagé une étude d’opportunité pour la réutilisation des eaux usées dans le cadre d’un appel à projet lancé par l’Agence de l’Eau et la Région Occitanie. D’autres projets en phase de réflexion ont été recensés et feront l’objet de developpements prochains.

Action portée par

Intercommunalités ou Syndicats compétents en Assainissement

À la une

Saint-Gaudens

Désimperméabilisons les sols urbains ! : la Région Occitanie lance un appel à projet

Dans le cadre des objectifs de l’Entente pour l’Eau en Adour-Garonne, visant à promouvoir des solutions d’aménagement paysager pour faire face aux enjeux et à l’urgence climatique, la Région Occitanie et l’Agence de l’Eau Adour-Garonne ont lancé un appel à projet le 1er janvier 2022 afin de réduire les effets de l’artificialisation des sols sur le cycle de l’eau.

Désimperméabilisation et gestion intégrée des
eaux pluviales urbaines pour contribuer à la recharge de nappe

Favoriser l’infiltration des eaux de pluie dans les sols urbains.

Les données clés

L'avancement de l'action

20% terminé

Action engagée

  • Etude d’opportunité en cours (état de l’art et premières réunion de communication)

Les enjeux

A.3.2

Cette action à pour objectif de favoriser l’infiltration du pluvial urbain.

Descriptif de l'action

le Conseil départemental de la Haute-Garonne va porter la réalisation d’une étude multicritères (pentes, occupation des sols, type de sol, présence d’enjeux …) permettant d’identifier des sites urbains propices à la mise en œuvre d’aménagement optimisant l’infiltration dans le sol des eaux de pluies. Un accompagnement technique et financier sera ensuite assuré auprès des collectivités souhaitant engager la réalisation de ce type d’aménagement. L’objectif est de mettre en œuvre des projets pilotes sur plusieurs sites et de bénéficier ainsi un retour d’expérience mis à profit pour concrétiser d’autres projets à venir.

le Conseil départemental de la Haute-Garonne va porter la réalisation d’une étude multicritères (pentes, occupation des sols, type de sol, présence d’enjeux …) permettant d’identifier des sites urbains propices à la mise en œuvre d’aménagement optimisant l’infiltration dans le sol des eaux de pluies. Un accompagnement technique et financier sera ensuite assuré auprès des collectivités souhaitant engager la réalisation de ce type d’aménagement. L’objectif est de mettre en œuvre des projets pilotes sur plusieurs sites et de bénéficier ainsi un retour d’expérience mis à profit pour concrétiser d’autres projets à venir.

Le contexte

Le SAGE Garonne introduit une règle dans le domaine de la gestion des eaux pluviales sur une part importante du périmètre de Garon’Amont, en insistant notamment sur l’intérêt d’une infiltration des eaux sur des terrains construits ou urbanisés. Favoriser l’infiltration permet d’optimiser les fonctions régulatrices et épuratoires du sol. Dans ce contexte, le PTGA est l’opportunité de développer les solutions de recharge de nappes à partir d’eaux pluviales. L’objectif général est de réorienter une part de l’eau collectée en milieu urbain en période pluvieuse, vers des sites d’infiltration propices. Les opportunités se présenteraient probablement en zone urbaine dense, là où le volume de ressource pluviale est significatif, ou à l’échelle de zones d’activités ou industrielles proches d’une nappe phréatique.

Les objectifs de l'action
  • Favoriser l’infiltration des eaux pluviales dans les nouveaux projets d’aménagement et mettre en place des solutions d’infiltration sur l’existant

Pour en savoir plus, consultez la fiche action.

Aménagement permettant l’infiltration des eaux pluviales réalisé par le SIVOM SAGe à Portet-sur-Garonne
Où en est l'action ?

Une étude sur les enjeux de la désimperméabilisation des zones urbaines à l’échelle du périmètre Garon’Amont, lancée par le Conseil départemental de la Haute-Garonne, est en cours de finalisation et fera prochainement l’objet d’un partage collectif. Un groupe de travail dédié a été créé et une premire réunion d’information à l’attention des collectivités compétentes a été organisée en avril 2022 sur la commune de Portet-sur-Garonne, avec notamment la visite d’un quartier ayant déjà fait l’objet d’aménagements d’infiltration des eaux pluviales.
En parrallèle, le projet de territoire suit et accompagne les projets locaux qui s’engagent : la commune de Cazères projette de réaliser ce type d’opération sur deux parkings (surface à désimperméabiliser proche d’1 ha). D’autres opérations sont également en réflexion par des collectivités ayant répondu à un appel à projets lancé par la Région Occitanie.

Action portée par

À la une

Saint-Gaudens

Désimperméabilisons les sols urbains ! : la Région Occitanie lance un appel à projet

Dans le cadre des objectifs de l’Entente pour l’Eau en Adour-Garonne, visant à promouvoir des solutions d’aménagement paysager pour faire face aux enjeux et à l’urgence climatique, la Région Occitanie et l’Agence de l’Eau Adour-Garonne ont lancé un appel à projet le 1er janvier 2022 afin de réduire les effets de l’artificialisation des sols sur le cycle de l’eau.

Lancer un « Contrat de canal » autour
du système Saint-Martory

Définir et partager l’ensemble des fonctionnalités du canal de Saint-Martory en proposant un contrat collectif.

Les données clés

L'avancement de l'action

20% terminé

Action engagée

  • Recrutement d’une animatrice réalisé et mise au point de la méthodologie en cours

Les enjeux

A.3.3

Les enjeux de cette action concernent la prolongation du programme de travaux en cours sur le canal de St-Martory par une politique contractuelle multi-partenariale, centrée sur les fonctions historiques et futures de l’ouvrage.

Les chiffres clés

Les chiffres clés

A.3.2 Actions finies 2
240
km de canaux et fossés concernés

Descriptif de l'action

Réseau31, gestionnaire du canal de Saint-Martory et Organisme Unique de Gestion Collective (OUGC) du périmètre réalimenté par le canal, a réalisé un programme de travaux afin d’optimiser la gestion du système hydraulique du canal de Saint-Martory. L’objectif est de prolonger cette étape par une approche concertée, dont l’objectif sera de concilier les fonctions historiques du canal avec celles en émergence. Il s’agira donc pour les différents usagers du canal de bâtir une stratégie de gestion collective du canal fondé sur un état des lieux partagé. Ce travail concerté comprendra une réflexion sur la priorisation des usages dans un contexte contraint par l’évolution du climat.

Réseau31, gestionnaire du canal de Saint-Martory et Organisme Unique de Gestion Collective (OUGC) du périmètre réalimenté par le canal, a réalisé un programme de travaux afin d’optimiser la gestion du système hydraulique du canal de Saint-Martory. L’objectif est de prolonger cette étape par une approche concertée, dont l’objectif sera de concilier les fonctions historiques du canal avec celles en émergence. Il s’agira donc pour les différents usagers du canal de bâtir une stratégie de gestion collective du canal fondé sur un état des lieux partagé. Ce travail concerté comprendra une réflexion sur la priorisation des usages dans un contexte contraint par l’évolution du climat.

Le contexte
Creusé au XIXème siècle, le Canal de Saint‐Martory se développe sur un linéaire de 70 km de canaux principaux et 250 km de canaux secondaires. Il est la propriété du Conseil départemental de la Haute-Garonne et sa gestion a été confié à Réseau 31. Il dessert en eau brute un secteur situé en rive gauche de la Garonne et s’étend de Saint‐Martory à Toulouse. Il constitue un vecteur d’eau qui reste primordial pour l’économie d’une très grande partie du département de la Haute‐Garonne. Construit initialement à des fins d’irrigation agricoles, les fonctions du canal se sont peu à peu étoffées : soutien d’étiage, hydroélectricité, eau potable, alimentation de plans d’eau de loisir, industries, réalimentation de zones humides.
Les objectifs de l'action
  • Elargir les fonctionnalités du canal aux nouveaux enjeux d’aménagement du territoire et concrétiser par un contrat de canal


Pour en savoir plus, consultez la fiche action.

Le canal de Saint-Martory
Où en est l'action ?

Une animatrice pour la définition du contrat de canal a été recrutée par Réseau 31 et la concertation correspondante doit débuter prochainement.

Action portée par

À la une

Canal Saint Martory

Le fonctionnement du canal de Saint-Martory

Le Canal de Saint-Martory a été construit initialement à des fins agricoles entre 1866 et 1876. D’une longueur de 71 km, il comprend une prise d’eau unique sur la Garonne. Grâce au développement d’un important réseau secondaire (330 km), il constitue aujourd’hui un véritable système hydraulique approvisionnant en eau un secteur situé en rive gauche de la Garonne depuis Saint-Martory jusqu’à Toulouse.

Expérimentations de gestion du canal Saint-Martory

Définir une gestion optimale du canal de Saint-Martory.

Les données clés

L'avancement de l'action

50% terminé

Action engagée

  • Retour d’expérience 2020-2021 finalisé
  • Poursuite de l’expérimentation en cours pour la campagne 2022-2023

Les enjeux

A.3.4
L’objectif de cette action correspond à expérimentations de gestion dans le but d’optimiser les dérivations du canal en période d’étiage avéré (Débit Marquefave <DOE).

Les chiffres clés

Les chiffres clés

A.3.2 Actions finies 2
6
millions de m3 non dérivés par le canal de Saint-Martory en 2021

Descriptif de l'action

Réseau31, gestionnaire du canal de Saint-Martory, a réalisé un programme de travaux afin d’optimiser la gestion du système hydraulique du canal. Des expérimentations de gestion sont prévues pour optimiser la gestion des flux en période d’étiage.

Réseau31, gestionnaire du canal de Saint-Martory, a réalisé un programme de travaux afin d’optimiser la gestion du système hydraulique du canal. Des expérimentations de gestion sont prévues pour optimiser la gestion des flux en période d’étiage

Le contexte

Le prélèvement du canal de Saint‐Martory depuis la Garonne représente un débit de 10 m³ par seconde, satisfaisant de très nombreux usages et fonctions environnementales. En période d’étiage sévère, une gestion des besoins du canal permettra de réduire l’intensité des déficits observés à Marquefave (point de référence pour le suivi du débit de la Garonne, situé sur la Garonne en aval de Saint-Martory). Cette gestion est rendue possible grâce aux travaux très importants réalisés par Réseau31 ces dernières années sur les infrastructures et les capacités de mesures des débits du canal.

Les objectifs de l'action
  • Réaliser des expérimentations de gestion afin de déterminer quelle serait la gestion optimale du canal de Saint-Martory


Pour en savoir plus, consultez la fiche action

Le canal de Saint-Martory à Frouzins
Action portée par

Depuis plusieurs années, RESEAU 31 a engagé plusieurs chantiers permettant d’optimiser la gestion du canal de St Martory (imperméabilisation des berges, installation de seuils permettant d’augmente la réactivité du canal, multiplication des instruments de mesures des débits entrants et sortant, supervision…).
Par ailleurs, des premières expérimentations d’optimisation de gestion du canal durant l’étiage ont permis une économiser d’eau de 5 à 6 millions de m3 en 2020 et 2021. L’objectis est de s’adapter au plus près des besoins sur le canal et limiter ainsi les prélèvements en Garonne dans les périodes de faibles débits.
Cette démarche sera poursuivie et amplifiée dans le cadre d’un appel à projets de l’Agence de l’Eau sur les économies d’eau agricole, qui comprend un volet spécifique sur l’optimisation des canaux.

Action portée par

À la une

Canal Saint Martory

Retour sur les mesures préventives adoptées pendant la période d’étiage en 2021

En raison d’une fonte anticipée du manteau neigeux et des sols particulièrement secs, le bassin de la Garonne a connu une entrée en étiage particulièrement précoce durant la période estivale 2021.